Il convient de demander à tous les patients leurs habitudes à- Dentiste la defense

Il convient de demander à tous les patients leurs « habitudes à risque »

Il convient de demander à tous les patients leurs « habitudes à risque » concernant la consommation de tabac et celle d’alcool. En effet, toutes deux induisent un risque important pour la santé générale et augmentent le risque de cancers buccaux, de maladie parodontale et entraînent des retards de cicatrisation postopératoire.
Il est nécessaire de quantifier la durée du tabagisme et le nombre de cigarettes fumées. Les habitudes tabagiques antérieures sont également importantes à connaître. Le système de calcul paquets-année (un paquet-année est égal à 20 cigarettes par jour sur un an) peut se révéler utile.
La consommation d’alcool doit être appréciée en unités consommées par semaine ainsi qu’en habitude antérieure.
Un examen global du patient doit être mené au fauteuil. Le comportement général du patient doit être évalué afin de chercher des signes d’anxiété et toute manifestation de maladie systémique.
Gestion du risque En matière de sécurité du patient, les stratégies ciblées de gestion du risque constituent un enjeu crucial dans la pratique dentaire.
Avant d’entreprendre tout traitement, une évaluation du risque doit être faite et celui-ci doit être mis en rapport avec le bénéfice attendu pour le patient ; cela constitue le fondement de notre jugement professionnel. L’information doit être fournie de manière compréhensible pour le patient afin d’obtenir son consentement éclairé.
Si l’on juge qu’un patient peut recevoir un traitement dentaire de routine, on peut le classer dans l’un des trois groupes de risque suivants ( ) :
– risque élevé ;
– risque moyen ;
– risque faible.
Avec ceux qui ont un potentiel de risque élevé, certaines précautions doivent être prises avant le traitement ; par exemple, les patients porteurs de prothèses valvulaires cardiaques se verront administrer un antibiotique préventif avant tout acte dentaire invasif ; les patients sous anticoagulant nécessitent un examen INR (international normalised ratio)

tiretoire
Digue dentaire

Paris la défense

L’équipe du dentiste est à côté de la grande arche: Tour Winterthur (PB2), Tour Aurore (CB17), Hôtel Mélia. Il est à 2 minutes de l’Esplanade de la Défense (BUS) RATP 73 157 158 174 175 176 Balabus.

 Trois groupes de risques

4 préopératoire.
Gestion du risque 1
Risque élevé
Risque moyen
Risque faible
Les trois groupes de risques utilisés pour l’évaluation des patients en vue d’un traitement dentaire.
Les patients du groupe à risque moyen requièrent une attention particulière, mais ne posent pas de problème immédiat dans le cadre d’un traitement dentaire ; il s’agit par exemple de patients régulièrement suivis pour asthme.
La grande majorité des patients appartiennent au groupe à faible risque : ils sont en bonne santé et ne présentent pas d’antécédent de maladie systémique.
Toutefois, l’appartenance à un groupe peut évoluer suivant l’état de santé du patient. Il faut donc fréquemment réévaluer le dossier médical et les examens du patient.
La plupart des risques peuvent être quantifiés et le traitement modifié en conséquence ; cependant, il existe des situations d’urgence où un événement inattendu survient, par exemple une réaction anaphylactique. La gestion du risque implique dans ce cas l’identification rapide du problème, la disponibilité du matériel approprié et la formation adéquate du personnel soignant. Consentement
Le

Leave a Reply